Please reload

Posts Récents

Ordonnances travail : focus 8/36 : modification des règles en matière de contentieux lié à l'inaptitude des salariés

Le 8e point visé dans la présentation du Gouvernement des ordonnances sur la loi Travail concerne le contentieux lié à l’inaptitude.

 

« 8/ La clarification des règles du contentieux en cas d’inaptitude. »

 

Deux types de dispositions sont en réalité visées : celles concernant le reclassement, et celles liées au contentieux proprement dit.

 

1- Dispositions destinées à clarifier les options de reclassement pour inaptitude

 

L’employeur d’un salarié déclaré inapte de manière définitive à tout emploi par le médecin du travail doit rechercher une solution de reclassement. Selon la jurisprudence, lorsque l’entreprise appartient à un groupe cette recherche doit s’effectuer parmi les entreprises du groupe dont les activités, l’organisation ou le lieu d’exploitation permettent d’effectuer la mutation de tout ou partie du personnel.

 

L’article 7 de l’ordonnance n°2017-1387 :

  • codifie cette règle. Désormais, il est expressément prévu dans la loi que la recherche de reclassement au sein du groupe doit être effectuée au sein des entreprises « dont l'organisation, les activités ou le lieu d'exploitation assurent la permutation de tout ou partie du personnel » ; 

  • confirme que la recherche doit s’opérer sur le territoire national ;

Ces dispositions sont applicables à compter du 24 septembre 2017.

 

2- Dispositions clarifiant les règles du contentieux en cas de contestation de l’avis d’un médecin du travail

 

L’article 8 de l’ordonnance précitée codifie quant à lui les modalités de contestation de l’avis du médecin du travail dans la partie législative du code du travail. Pour mémoire, depuis le 1er janvier 2017, les litiges consécutifs à la contestation de l’avis du médecin du travail relèvent de la compétence du Conseil de Prud’hommes qui statue en référé.

 

En outre, l’ordonnance supprime la désignation du médecin-expert qui devait être nommé par le Conseil de Prud’hommes suite à sa saisine.

 

Le Conseil de Prud’hommes devra dorénavant statuer directement sur le litige, après avoir eu la possibilité de solliciter un médecin-instructeur du travail pouvant lui-même s’adjoindre le concours d’un tiers.

 

Il est également prévu que l’employeur pourra solliciter que les éléments médicaux sur lesquels se sera appuyé le médecin du travail soient communiqués à un médecin mandaté spécialement à cet effet par l’employeur.

 

Les éventuels frais d’expertise devront en outre par principe être mis à la charge de la partie perdante, le Conseil de Prud’hommes pouvant cependant décidée de manière motivée de les mettre en tout ou partie à la charge de l’autre partie (Article L. 4624-7 du Code du travail).

 

Ces dispositions entrent en vigueur à la date de publication du décret d'application et au plus tard le 1er janvier 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cabinet d'avocats spécialisé en droit social et droit de la sécurité sociale

Partager sur Facebook
Partager surTwitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Avocat droit du travail Paris | Avocat Prud'hommes | Avocat licenciement | Avocat droit social et droit de la sécurité sociale

 

L'engagement de notre cabinet d'avocat en droit du travail à Paris : vous apporter les solutions les plus efficaces et adaptées à vos besoins pour un coût maîtrisé, transparent et compétitif.

 

www.fde-avocat.com - info@fde-avocat.com - 32 rue de Londres 75009 Paris